Conseils de naturopathie pour perdre du poids

Le poids, quelle obsession et quelle pression pour nombre de femmes ! Je vous livre mes conseils de naturopathie pour perdre du poids. Car vous êtes nombreuses à me consulter au cabinet pour cette raison. Généralement, vous avez déjà essayé des régimes divers et variés. Souvent, vous avez perdu puis repris beaucoup plus de kilos ensuite. Au passage, vous y avez laissé des plumes : vous êtes devenues fatiguées, stressées, votre peau et votre cycle menstruel peuvent aussi avoir souffert.

Voici donc le premier article de mes conseils pour perdre du poids avec la naturopathie.
Aujourd’hui, je vais parler du culte de la minceur et des différentes constitutions, du vrai surpoids et comment le reconnaître.
Si tu as peu de temps, tu peux tout de suite identifier l’origine de ton surpoids au dernier paragraphe.

bol de fruits naturopathie

Culte de la minceur : perdre du poids ou pas ?

Je ne souhaite pas faire l’apologie de la minceur dans cet article. Faut-il encore rappeler la pression subie par les femmes à grands coups d’idéaux impossibles à atteindre ? Que la norme exposée via la publicité est une image fausse, longuement travaillée au maquillage et à la retouche photo ?

Il me parait urgent que nous remettions nos lunettes de vérité afin de voir le corps humain tel qu’il est normalement. Parfois très fin, parfois très rond, pas toujours très harmonieux mais toujours plein de charme. Les aspérités de la peau existent de façon normale. Le corps, surtout féminin, est changeant avec le cycle et la vie.
Perso, avant j’avais des fesses musclées. Mais allaitement et travail principalement assis ont eu raison de mon fessier ! Après une petite période de deuil (autel et prières à mes fesses rondes disparues), j’ai décidé d’être OK avec ça.

Tips : Quand j’étais en prépa arts appliqués, nous avions des cours de nus. J’adorais ces moments où je rentrais en transe, ou je transcrivais avec encre de chine, aquarelle, feutres, crayons, fusain… ce que mon oeil percevait. Non plus un simple corps mais des lignes gracieuses, des ombres et des lumières passionnantes. Cela donne un nouveau regard sur le corps nu. Si vous voulez l’expérimenter par vous-même, la plupart des beaux-arts proposent des cours de nus en cours du soir, ouvert à qui veut en prendre.

J’écris cet article pour celles qui ont besoin de prendre soin de leur santé. Pour celles pour qui la pression sociale est trop forte et qui chercheront à perdre du poids coûte que coûte. OUI, la perte de poids physiologique et saine est possible et je vais vous en donner les clefs.

Tempéraments hippocratiques : la constitution façon naturopathie

Il existe selon Hippocrate 4 grandes constitutions :
Lymphatique, Sanguin, Bilieux, Nerveux (en savoir plus ici)
Chacune à ses faiblesses, ses forces. Chacune bénéficie de conseils nutritionnels plus précis. Mais surtout… chaque constitution à sa façon propre de gérer l’excès de poids.

Cela ne veut pas dire que tout est irrémédiable 😉 En connaissant mieux votre corps, vous saurez ce dont il a besoin (ou pas besoin). Vous pourrez alors davantage contrôler votre silhouette. Demandez conseils à votre naturopathe.

Perdre du poids : Quels risques ?

Concrètement, les risques liés à l’excès de poids augmentent avec ce dernier. Grâce à mes conseils naturopathie pour perdre du poids, vous allez donc diminuer ces risques.

  • RISQUES CARDIOVASCULAIRES : Cardiopathies, AVC, embolies, thromboses, etc…
  • Diabète de type 2
  • TROUBLES MUSCULO-ARTICULAIRES : Ostéoarthrite (dégénérescence du tissu des articulations) et donc douleurs, infllammations, déformations de ce tissu
  • CERTAINS CANCERS : Endomètre, sein et colon
    Sources : OMS

Si l’excès de poids est donc risqué pour la santé, il me parait important d’ajouter que perdre du poids peut aussi être délétère… Et plus précisément : perdre du poids n’importe comment.

Régimes et naturopathie

Faut-il rappeler les dangers des régimes hypocaloriques ? Dont le principe peut se résumer à priver son corps de tout nutriment : moins de gras, moins de glucide, moins de protéine et donc également moins de vitamines, moins de minéraux, moins d’oligo-éléments. Alors que souvent, vous êtes déjà en carences de toutes ces bonnes choses !
Conséquence directe : Une fois que vous avez dealé avec la faim, vous avez connu une période de véritable bien-être avec des kilos effectivement perdus. Ensuite votre corps a enclenché le protocole « famine ». En fait, le corps ne fait pas la différence entre un simple régime et une vraie famine.
Bref, il stocke en vue des jours difficiles à venir. Résultat : plein de kilos repris MAIS vous êtes toujours dénutrie ! Le corps n’a plus les matériaux de base pour l’entretien et le développement des cellules, vous êtes de moins en moins en bonne santé.

Une autre mode consiste à créer des régimes qui excluent un groupe d’aliment. Souvent le gras à mauvaise presse, donc c’est lui qu’on supprime en premier. Mais saviez-vous que les bons acides gras sont des matériaux de base pour les hormones et l’utilisation de certaines vitamines ?

Perdre du poids et dénutrition

Ensuite il a été question de faire la chasse aux glucides avec les régimes hyper protéinés et autre cétogènes. Il y a de l’idée… sauf que le glucose issu de la digestion de ces aliments reste le carburant principal de nos cellules.
Si nous n’en apportons plus suffisamment au corps (qui, d’ailleurs a été habitué pendant 20, 30, 40, 50 ans à un rythme de croisière d’apport de glucide), il va chercher à créer ce glucose depuis les fameuses protéines que vous ingérez en grande quantité (en fatiguant vos reins, RIP).
Ce phénomène entraîne une carence indirecte en protéines (matériau de base de… quoi ? je l’ai déjà dis ?… matériau de base des hormones et de la plupart de nos tissus !!!) ainsi que la création de corps cétoniques : je vous la fais courte, il s’agit d’une intoxination non souhaitable. Idem dans certains régimes dissociés.

Quant à n’apporter que des fruits à son corps, j’ai bien peur que le commun des mortels n’y trouve pas son compte en nutriments non plus.

Il est vrai que certaines personnes ont vraiment besoin d’exclure une catégorie d’aliment (sel, chair animale, produits laitiers, gluten ou autre à cause d’une allergie) ou de suivre un régime cétonique (épilépsie, etc…).
Mais cela est toujours justifié par autre chose que la perte de poids et vu avec le médecin traitant.

Il y a néanmoins deux choses que tout le monde devrait supprimer : les grignotages et le sucre raffiné ! 😉
Et mes conseils de naturopathe vont t’aider à résoudre le problèmes des compulsions alimentaire.

Mes conseils naturopathie pour comprendre l’origine de ton poids

L’excès de poids pourrait se résumer au fait d’amener au corps plus que ce qu’il ne dépense. Si ce n’est pas dépensé, c’est donc épargné quelque part dans le corps : dans les tissus adipeux (où la graisse est stockée), dans le foie (glycogène, une forme de sucre stockée pour un usage ultérieur).

En bilan de naturopathie, je mène toujours une enquête précise pour comprendre pourquoi le corps en est arrivé là. Ensuite je propose des solutions très individuelles. Mais aujourd’hui, je vais tenter d’énumérer les sources du surpoids.

Les régimes à répétition

On en a parlé dans le paragraphe précédent. Les régimes peu adaptés à vos besoins ont fini par vous affamer en créant de véritables désordres physiques et émotionnels. Vous avez repris plus de poids qu’au départ, et vous avez récidivé. C’est l’effet yo-yo. Aujourd’hui, vous avez tout le temps faim et vous êtes en moins bonne santé : stress, fatigue, déprime, cycles irréguliers, problèmes digestifs, compulsions alimentaires…

Jus de fruits et détox

Une mauvaise connaissance de vos véritables besoins alimentaires

Parce qu’on ne vous a jamais parlé de naturopathie, que vous avez suivis des conseils qui n’étaient pas adaptés à votre constitution ou parce que tout simplement, vous pensiez bien faire… Vous avez consommé des aliments en excès et d’autres de façon insuffisante. Votre métabolisme cherche à rétablir la balance mais comme il ne connait pas trop le monde moderne, il vous a poussé faire des aliments faux-amis (le yaourt allégé en gras, mais qui est en fait bourré de sucre !).

Les carences nutritionnelles

L’industrialisation de nos cultures a créé des fruits et légumes très pauvres en nutriments (appauvrissement des sols, cueillette avant maturité, délais d’approvisionnement des magasins, stockage au frais pendant un an avant vente…).
D’autre part, cette industrie a créé des faux aliments ! Les fameuses calories vides. Des assemblages de produits plus ou moins raffinés dont la valeur nutritionnelle (quand elle a existé) a été détruite par les processus de fabrication.

La candidose digestive chronique

Notre microbiote intestinal, c’est la vie dans nos voies digestives : des bactéries, des champignons… qui digèrent pour nous les aliments et nous apportent des vitamines et nutriments en échange. Parfois, à la suite d’un traitement ou de mauvaises habitudes, le microbiote se déséquilibre. Un champignon prend alors le dessus sur ses potes et sème la zizanie. Il abîme la muqueuse intestinale, libère des toxines nuisibles à notre neurochimie… Pour se multiplier, il a besoin de sucre : il nous affame donc afin d’obtenir sa dose.

Le manque d’exercice physique

Qui est nécessaire pour oxygéner, remettre en mouvements, muscler le péristaltisme (la capacité mécanique de digestion), utiliser les réserves du corps.
Nous ne sommes pas égales face au sport. Déjà il y a les « nulles en EPS » (Le cross du collège ? Fallait pas m’y chercher, j’arrivais tellement après tout le monde que personne ne récupérait mon dossard ), celles qui n’arrivent pas encore à l’intégrer à leur quotidien, celles qui n’ont pas trouvé ce qu’elles aiment. Et celles qui n’ont pas la chance de physiquement pouvoir faire du sport.

Le stress

Quand il est quotidien, trop répété, trop intense, le stress nous fait manger. Un travail de fond sur les émotions et l’équilibre des neurotransmetteurs permet de supprimer les fringales alimentaires.
En outre, quand le stress se prolonge vraiment ou dans le cas d’un choc émotionnel, il peut arriver qu’on développe une hypothyroïdie. Le métabolisme se met en fait au ralenti pour compenser les effets du stress. Alors les kilos vont s’accumuler même si on mange correctement.

| Lire aussi : Tous mes conseils Huiles Essentielles pendant l’allaitement

SUITE DU DOSSIER :
Des conseils concrets pour la perte de poids sans régime !

Fermer le menu