Huile Essentielle et Allaitement

Les huiles essentielles, composées de nombreux principes aromatiques, sont très puissantes. Certaines doivent être évitées totalement pendant la grossesse et l’enfance.
Allaitement et huile essentielle, c’est compatible ? Il est possible d’utiliser les huiles essentielles lorsqu’on allaite son bébé. Surtout lorsque l’allaitement n’est pas écourté, ce qui reviendrait à se passer des huiles essentielles pendant au moins deux ans. L’aromathérapie peut même se révéler être incontournable, à conditions de respecter quelques consignes ☺

allaitement et huile essentielle
Image by sam moody from Pixabay

Le problème de l’huile essentielle et allaitement

Les huiles essentielles passent dans le lait maternel… peut-être !

Les composés aromatiques (contenus dans les HE) sont liposolubles. C’est à dire qu’ils se mélangent aux corps gras. Et dans le lait maternel, du gras, il y en a ! C’est par ce vecteur que les médicaments et autres pollutions toxiques du corps de la mère arrivent au bébé. Ainsi que les huiles essentielles. Mais on ne sait pas dans quelles proportions elles se trouvent dans le lait maternel, faute d’études.

En outre, si certaines huiles essentielles sont parfaitement inoffensives, d’autres peuvent se révéler dangereuses pour un bébé : son système nerveux se développe encore, son cerveau est parfaitement immature, sa peau est fragile.
Plus que l’huile essentielle elle-même, c’est surtout la quantité et le mode d’administration qui détermineront le seuil de toxicité.

Quelques principes de sécurité :

– Utiliser des H.E. d’une qualité irréprochable (non diluée, non trafiquée)
– Exclure la voie orale et les H.E. riches en cétones* de façon générale
– Privilégier la diffusion (sans bébé dans la pièce) et la voie cutanée (sauf poitrine)
– Maximum 4% d’H.E. dans vos préparations et synergies

– En cas de doute, utiliser des mélanges formulés pour les femmes allaitantes :
Allaitement Harmonieux de Pranarôm
Huile de soin anti-crevasses de Pranarôm

*(sauf indications d’un-e aromathérapeute ou aromatologue expérimenté-e, puisque toutes les cétones ne se valent pas).

Mythes autour de l’aromathérapie

Attention à l’amalgame entre grossesse et allaitement ! Effectivement, les huiles essentielles neurotoxiques continuent d’être contre-indiquées pendant l’allaitement. Mais ce n’est pas le cas des H.E utérostimulantes.
Par exemple, si elle est contre-indiquée pendant la grossesse, l’huile essentielle de palmarosa est compatible avec l’allaitement. En effet, le principal risque était de créer des contractions pendant la grossesse et donc d’entraîner un avortement. A priori si vous allaitez, c’est que vous avez accouché… 🙂 Donc ce risque n’a plus de raison d’être.


Huiles essentielles : incontournables pendant l’allaitement

Continuez à choisir des cosmétiques et soins en boutique biologique. Si ils contiennent des huiles essentielles, c’est à hauteur de 4% et sans danger. Vraiment préférable aux autres produits du commerce qui peuvent contenir des dérivés de plastiques et perturbateurs endocriniens qui se retrouveront à coup sur dans le lait maternel.

En ce qui concerne la lutte antivirale et antifongique (contre le candida albican par exemple), l’aromathérapie sera le traitement de choix pendant l’allaitement, puisque le rapport efficacité/toxicité sera plus intéressant que pour certains médicaments (quand ils existent !!)

Pourquoi les huiles essentielles galactogènes ne sont pas une bonne idée ?

Favoriser les montées de lait avec les huiles essentielles ? C’est possible, mais pas toujours souhaitable. Dans 97% des cas, l’allaitement est possible sans problème. Le mythe de la femme qui n’a soudainement plus de lait est typique de chez nous. Mais c’est aussi chez nous que les familles ont le plus souffert de mises au seins chronométrées et espacées, d’une publicité sans limite de la part des producteurs de PCN auprès des médecins et et maternité …

Sais-tu que l’allaitement répond aux lois de l’offre et de la demande ?

Dans la plupart des cas, respecter les mesures suivantes permettra une lactation de qualité :
– Mise au sein dès les signes d’éveil et à la demande.
– On ne chronomètre pas la tétée ni le temps passé sur chaque sein.
– Pour éviter la confusion sein/tétine, on évite les lolettes et les biberons. D’autres contenants peuvent être utilisés pour donner le LM si la mère ne peut donner le sein.

– En cas de difficulté psychologique ou physique, ou cas particulier, faites appel à La Leche League.

– Le complément de PCN devrait être évité. Si bébé tarde à reprendre du poids, vérifier les points précédents mais aussi consulter un-e consultant-e en lactation, faire vérifier les freins de lèvres et de langue…


Néanmoins, voici une liste des huiles essentielles qui pourraient vous aider le temps de trouver la cause et d’y remédier (maximum une semaine) :
HE Fenouil doux, HE Anis étoilé (= HE Badiane), HE Basilic Exotique, HE Houblon, HE Sauge Sclarée.
Votre médecin aromathérapeute pourra préconiser une synergie et une utilisation adaptée à votre cas. Évitez l’automédication : la plupart de ces huiles essentielles ont une action hormon-like (ce qui les rend intéressantes ici mais pas adaptées à tout le monde).

Les maux de l’allaitement

Si vous utilisez des huiles essentielles et que vous allaitez, pensez à vous nettoyer avec une huile végétale neutre avant la mise au sein.
Quelque fois, un traitement alternatif pourrait être préférable à l’aromathérapie.

Crevasse du sein :

HE Palmarosa 1ml + HE Lavande Aspic 1ml + HE Hélichryse italienne 0,5 ml + HE Sauge sclarée 0,5 ml + HE Germe de blé 2mL
3 gouttes en application locale 3 fois par jour
☛ Faire vérifier la position d’allaitement qui est généralement en cause dans les problèmes de crevasses. Vous pouvez aussi utiliser de la lanoline et votre propre lait.

Muguet :

HE Laurier noble 1mL + HE Tea Tree 1mL + HE Palmarosa 1mL + HV Calendula 27mL
1 application locale 3 fois par jour.
☛ On traite maman ET bébé si plus de 3 mois pendant 10 jours et on applique plutôt après une tétée. A priori l’extrait de pépin de pamplemousse donnerait de bons résultats. Par contre je déconseille formellement le bicarbonate de soude pour bébé.

Après une césarienne :

HE Myrrhe amère 1ml + HE Camomille matricaire 1ml + HE Tea Tree 1ml + HV Rose musquée 10mL
2 fois par jour en massage sur la cicatrice.
☛ D’abord très légèrement puis de plus en plus appuyé pour éviter les adhérences. Si vous en avez, vous pouvez aussi utiliser l’huile de massage pour bébé Weleda. L’essentiel est de masser la cicatrice. Pour la douleur qui peut être très intense les premiers jours, pensez à alterner chaud/froid localement avec des poches de glace.
On peut aussi imaginer une synergie pour le soin d’une épisiotomie en adaptant la dilution.

Relaxation, baby-blues :

☛ Être détendue et faire le plein d’ocytocine, voilà qui est nécessaire pour allaiter et permettre le réflexe d’éjection du lait. Vous pouvez diffuser ou masser votre plexus solaire (dans ce cas, attention à la dilution !) ces HE : Mandarine, Ylang Ylang complète, Néroli, Bois de Rose, Marjolaine à Coquilles, Lavande Fine…
☛ En cas de baby-blues, l’utilisation des huiles essentielles est toute choisie. Entourez-vous de mamans bienveillantes qui peuvent vous comprendre et vous aider.

Mastite :

En attendant la prise en charge par un médecin compétent, pensez aux compresses d’hydrolat de camomille.
☛ Une mastite n’entraîne pas obligatoirement un sevrage.

mère allaitant son bambin
Photo by willsantt from Pexels

D’autres huiles essentielles autorisées pendant l’allaitement

Les mères allaitantes ne sont pas moins exposées que les autres aux rhumes et bobos du quotidien.
Voici une liste non-exhaustive huile essentielle et allaitement friendly :

Citron Zeste
☛ Contre les nausées ou pour assainir la maison en période infectieuse

Mandarine Zeste :
☛ Pour se relaxer, contre l’insomnie, contre l’aérophagie et le mal des transport

Ravintsara :
☛ En cas de rhume, d’herpès, de varicelle, de mononucléose. Très bonne équilibrante nerveuse.

Lavande Fine :
☛ Relaxante, anti-inflammatoire, antalgique locale, décontractante musculaire, antispasmodique… on peut aussi l’utiliser en prévention des poux.

huile essentielle

Bien d’autres huiles essentielles peuvent s’avérer utiles lorsqu’on allaite. Pour une synergie spécifique et adaptée à vos besoins :


Huiles essentielles contre-indiquées pendant l’allaitement

| Lire aussi : Tous mes conseils Huiles Essentielles pendant l’allaitement

Vous prendrez garde à ces familles biochimiques :
– Cétones qui peuvent s’avérer toxiques (menthe poivrée, certains thyms et romarins, sauge officinale, lavande stoechade…)
– Phénols qui peuvent s’avérer caustiques (Giroflier, Origan…)

Encore une fois, c’est aussi la dose et le mode d’administration qui fera la toxicité de l’huile essentielle. D’autant qu’en cas d’épilepsie, de prise de médicaments, d’asthme, de grossesse… on redoublera de vigilance.

Fermer le menu